Blog monMenu.fr

Manger équilibré avec nos producteurs locaux

Salade de betteraves avril 15, 2010

Salade de betterave
Pas grand chose à dire sur la salade de betterave, sauf qu’elle est maintenant disponible sur http://www.monmenu.fr et que vous pourrez l’employer dans vos menus sur TopoGraille pour vous composer des repas équilibrés.

Pour 2  portions de 215gr, 98calories (Kcal) soit 46Kcal au 100gr

temps de   preparationTemps de repos : 30min      temps de   cuisson Temps de préparation: 5 min

Les ingredients:
400.0  gr  Betterave cuite
1.0  cs  Huile
1.0  cs  Vinaigre
1.0    gousse ail
1.0  pincée  Sel
1.0  pincée  Poivre
2.0  cs  Persil

Une salade rafraichissante à faire toute l’année.

Etape 1:Préparation de la salade
Découper les betteraves cuites en petits cubes dans un saladier. Émincer finement la gousse d’ail et la verser sur la betterave. Verser l’huile et le vinaigre puis assaisonner avec le poivre et le sel. Ajouter le persil ciselé puis mélanger le tout. Mettre au frais 30 min avant de servir.

Personnaliser la salade de betterave et constituer vos menus équilibré sur www.monmenu.fr avec TopoGraille

 

Soupe rapide tomate avril 8, 2010

Soupe de tomate au jus de choux fleur

Plus une astuce qu’une vrai recette cette soupe rapide se réalise avec le jus de cuisson d’un choux fleur. La prochaine fois que vous voudrez faire un gratin de choux fleur pensez à cette recette et ne jetez pas le jus de cuisson. Rapide à réaliser cela vous fera une parfaite petite entrée.

Pour 4 bols de 280 gr,  64 calories (Kcal) par portion soit 22Kcal au 100gr

temps de preparationTemps de cuisson : 15 min      temps de cuisson Temps de préparation: 10 min

Les ingredients:
1 litre d’Eau de cuisson de choux fleur
50 gr  Concentré de tomate
50 gr vermicelle
1 Bouillon cube boeuf
1  cc  maïzena

Récupérer l’eau de cuisson du choux-fleur

Préparation de la soupe
Dans un bol, mélanger le concentré de tomate avec un peu de l’eau de cuisson du choux-fleur et la maïzena. Ajouter 1 bouillon cube, et les vermicelles dans la casserole. Puis ajouter le concentré de tomate.
Laisser cuire les pâtes vermicelles 2-3 min.

Servir très chaud.

Voila très rapide cette recette ne mange vraiment pas de pain.

 

Salade de roquette aux petoncles mars 21, 2010

Salade de roquette aux pétoncles

Si vous avez envie de pétoncles et désirez une entrée légère cette salade et la recette qu’il vous faut. Simple à réaliser assaisonner à l’huile de noix, elle fera une très bonne mise en bouche. Pour les malchanceux d’entre vous ayant pris de l’embonpoint cet hiver, cette recette sera un bon point de départ pour reprendre de bonnes habitudes.

Retrouvez le détail nutritionnel de la salade de roquette au pétoncles sur www.monmenu.fr et planifiez la sur TopoGraille.

Pour 4 portion de 100gr, 86Kcal (calories)
Préparation 15min, cuisson 5 min
Les ingredients:
150  gr  salade roquette
450  gr  Pétoncles
4  cs  Huile de noix
1  cs  Vinaigre de xérès
1  pincée  Sel
1  pincée  Poivre
1  pincée  Aneth

Étape 1:Préparation de la salade
Laver et essorer la roquette. Réserver la dans le plat.

Étape 2: Préparation des pétoncles
Rincer les noix de pétoncles sous l’eau froide, éponger les. Mettre les pétoncles dans un panier d’autocuiseur. Saler et poivrer, saupoudrer d’aneth (fraiche ou séchée) puis arroser d’un filet d’huile de noix. Placer le paner sur une casserole d’eau bouillante et laisser cuire pendant 5 minutes.

Étape 3:Préparation de l’assaisonnement
Dans un bol, mélanger l’huile restante et le vinaigre.

Présentation:
Verser la vinaigrette sur la roquette, ajouter les noix pétoncles cuites.
Servir aussitôt.

 

Ma recette chérie … février 24, 2010

pate carbo

Les pâtes à la carbo le plat de dernière minute

Tiens pour changer un article un peu technique pour vous présenter une fonction de TopoGraille pas forcément évidente à découvrir de prima-bord.

Je vous parlais dans l’article sur le rétro-planning de l’importance d’identifier ses habitudes. Cela pour mieux corriger nos défauts et équilibrer nos repas.
L’inscription sur www.monmenu.fr vous permet évidement d’établir un agenda de vos repas. On peut ainsi visualiser sur un graphique les recettes effectuées avec les calories associées. Cependant il n’est pas forcément évident de se rendre compte de la fréquence de réalisation d’une recette sur un mois avec cet outil de rendu.
Pour mieux vous servir il existe sur chaque fiche de recette un mini agenda. En vous rendant dans le menu ‘Actions > Dernière planification‘ vous pourrez le faire apparaître.
Cette agenda indique chaque réalisation de la recette par une coche verte. Vous pouvez aussi naviguer sur plusieurs mois et dénombrer à travers les semaines et mois passés le nombre de fois que vous avez réalisé cette recette. Si il n’y a aucune coche c’est que vous ne l’avez pas encore planifiée.
Évidemment cette fonctionnalité n’est accessible qu’aux utilisateurs enregistrés car elle nécessite de connaître l’historique de vos repas.

Vous pourrez enfin savoir si le soupir de votre famille est justifié lorsque vous leur présenterez pour le niéme fois votre plat.

 

Le rétroplaning février 17, 2010

Filed under: Général,Maigrir - mincir - régimes — monmenu @ 7:45

Aujourd’hui nous allons revenir sur une fonction méconnue ou mal considérée de TopoGraille le rétro-planning.

Qu’est ce que le rétroplanning sous TopoGraille?


Comme son nom l’indique c’est un acte de planification dans le passé mais surtout aprés avoir réalisé vos repas et sans aucune modification de vos habitudes alimentaires.
Mais quel intérêt pourrais-je trouver à planifier des repas qui se sont déja déroulés me direz vous ?
Et bien le même intérêt qu’a le diététicien sur vos habitudes alimentaires. L’acte de rétro-planning permet de dresser un historique de vos consommations passées et d’en déduire des choses plutôt intéressantes et pertinentes.
Les questions qui vous viennent alors à l’esprit sont dans l’ordre :

  1. Où veut-il en venir ?
  2. C’est quoi ces choses ?
  3. Pourquoi et quand ferrait-on ca ?

Alors prenons les questions dans le désordre :

Pourquoi faire et quand:
Le rétro-planning est une action à effectuer avant un rééquilibrage alimentaire, ou un régime. En l’effectuant sur une période assez longue allant de quinze jours à un mois.

Les choses :
En vrac et sans ordre particulier on peut repérer facilement :

  • Les recettes que vous cuisinez habituellement, chose importante car bizarrement on oublie ces recettes lors du régime pour les retrouver juste après ( douce délivrance …:) ). Cela permet d’ établir votre livre de cuisine, sur un mois généralement tout y passe, en dehors des recettes de dessert et des repas de fêtes.
  • la fréquence d’exécution des recettes, la répétition fréquente (ex: 2-3 fois pas semaine) d’une même recette laisse transparaitre soit un manque de diversité dans votre livre de cuisine, soit un manque de temps évident pour la confection de recette ou simplement pour faire les courses, soit un amour immodéré des pâtes à la carbonara et des plats surgelés 🙂
  • Déterminer vos pires recettes d’un point de vue caloriques, celles ci peuvent d’ailleurs être aussi celles que vous cuisinez le plus souvent. Un graphique dans le passé vous permettra de les identifier rapidement.
  • Déterminer la variété de votre alimentation, spaghetti, fellucini, marcaroni, fusilli ne sont pas des éléments valables de diversité. Si vous ne repérez que 2 ou 3 fruits et légumes par semaine, il y a soit une allergie patente aux légumes, soit vous rétro-planifiez à partir d’un radeau équipé d’une liaison satellite, soit vous avez une flemme profonde ou manque de temps pour cuisiner. Acheter des fruits et légumes c’est investir dans son alimentation. La liste de courses établie dans le passée vous permettra de remarquer ce manque de diversité en un clin d’œil.
  • Vérifiez la répartition journalière de vos repas. Respectez-vous les 15% matin -40% midi -10% gouter -35% soir ? Une simple collation à 17h du style pomme/ clémentine peut vous éviter l’orgie calorique du soir. Trop manger le soir n’est pas bon mais vous ne savez surement pas à quel point vous mangez le soir.
  • On a souvent tendance à minimiser les accompagnements, prenons le cas typique d’un plat d’hiver, la soupe : 1 ou 2 bol(s) ( avec patate ou sans patate? Avec crème fraiche ?)+ trois morceaux de pain (de quelle taille ?) + un peu de beurre (5gr ou 20gr ? ) + un peu de gruyère (dans le bol ? sur la tartine? les deux ?) + 2-3 tranches de jambon avec cornichon (ca irait presque ) + un reste de pâté (de 50 à 100 gr quoi … ), 1 ou 2 yaourt(s) bah oui rappelez vous ce soir c’était soupe faut bien se rattraper. Planifiez votre petite soupe du soir vous aurez surement une surprise mais rappelez vous une chose, les graphiques ne mentent pas (bon il peut toujours y avoir des bugs hein 🙂 …. )

Où en venir:
Vous m’aurez sans doute vu arriver avec mes gros sabots, mais bien évidement le but avéré de tout ca est de vous permettre d’établir un bilan de vos habitudes alimentaires et de faire ressortir les faiblesses de votre alimentation. Élargir votre livre de cuisine avec des aliments amis ( genre qui font moins mal à la ligne), diversifier vos recettes, manger plus de légumes, éviter les répétitions et surtout évitez la solution de dernière minute qui est rarement la meilleure.
Vous évitez une tentative désespérée de régime n’est ce pas là un acte de « bravitude » ? TopoGraille le futur héros de vos soirées soupe?

 

De bons restes février 16, 2010

Filed under: Général,Maigrir - mincir - régimes — monmenu @ 6:48
Tags: ,

Encore un article totalement non technique qu’il me sera bien difficile de rapprocher de TopoGraille, bah oui je ne me fais pas que de la pub sur ce blog.
Dans les articles précédents nous avons évoqué la faim et la satiété. Le corollaire d’une alimentation correctement maitrisée et l’aliénation à la fameuse marque de boîtes en plastique le Tupperware.
Mais pourquoi bien manger m’obligerait à investir dans des Tupperware, allez-vous dire ? C’est assez simple il suffit de comprendre ce que signifie avoir des restes ou ne jamais en avoir.

L’absence de restes à la fin d’un repas peut signifier plusieurs choses :
1. Vous avez le compas dans l’oeil, il y a pile la bonne quantité. C’est rare mais ca arrive, ca se produit fréquemment lorsque l’on réchauffe des plats préparés ( pas bien hein… mais bon, on a tous nos moments de faiblesse). Ici pas de problème notable.

2. Vous donnez vos reste au chien, bah dans le fond pourquoi pas, ca permet d’éviter les boîtes et tout le monde à bien de droit de manger équilibré. Faites toute de même attention à l’embonpoint de médor.

3. Vous avez des ados à la maison en pleine croissance qui dévorent tout sur leur passage. Là non plus pas de problème notable si ceux-ci ont une ligne gracieuse, beaucoup de monde est frappé par ce fléau de sauterelles.

4. Vous jetez vos restes, c’est un choix des plus regrettable, plusieurs restes réunis forme souvent un bon repas à même de contenter toute une famille.

5. Vous vous contraigniez à finir le plat en vous resservant et en resservant toute la famille. Alors la c’est vraiment pas bien, non seulement vous n’écoutez pas votre corps mais en plus vous entrainez toute votre petite famille dans votre chute. C’est bien souvent cette dernière attitude qui l’emporte, mixée avec un peu de 2 et de 4. Dans une combinaison 4-5, il est d’autant plus inutile d’essayer de finir les plats pour en jeter le moins possible. Au final vous finirez par vouloir vous en débarrassez mais sous une forme beaucoup plus tenace : la graisse.

J’ai volontairement écarté ici l’idée de vous soyez radin et minimisiez systématiquement les quantités de vos repas pour ne pas avoir de restes, on ne fait pas de ca sur le blog.

La présence de reste en revanche ne peut signifier que trois choses:

  • Vous êtes mauvais cuisinier votre famille préfère se pendre que de finir le plat. C’est pas si mal les membres de votre famille sont à l’écoute de leur corps. Ils se demandent à chaque repas s’ils ont vraiment faim, et si il leur est vraiment nécessaire de manger. Prenez tout de même quelques cours ca peut servir pour améliorer votre socialisation.
  • Vous cuisinez dans des quantités astronomiques. L’hyper dilatation des estomacs de la famille ne suffit pas à absorber les quantités cuisinées. C’est pas vraiment bon, va falloir apprendre à mesurer vos ingrédients( essayez TopoGraille ca vous donnera une idée des quantités usuelles), avant de passez à l’étape suivante.
  • Vous mangez ce que votre faim et votre satiété vous dictent sans excès. Si il y a des restes tant mieux! Ca fera un autre repas. Voilà la bonne attitude, vous avez atteint le saint graal de l’alimentation.

Vous l’aurez compris avoir des restes en quantité raisonnable est bon pour votre famille et votre portefeuille.
Manger de manière mesurée vous permettra :

  • de faire des économies indirectes sur un régime. Éviter les dépenses en produits minceurs, diététicien, abonnement de salle de sport, etc..
  • Mais aussi de faire des économies directes : utiliser vos restes pour faire un nouveau repas au lieu de re-cuisiner.
  • D’être en paix avec votre estomac et votre conscience, oui personnellement jeter me pèse sur la conscience.

Les restes c’est écolo friendly et bon pour la ligne.

PS: Ca permet aussi de papoter et de se faire des copines dans les réunions Tupperware.

 

Les préliminaires… février 15, 2010

Filed under: Général,Maigrir - mincir - régimes — monmenu @ 6:46
Tags: , ,

 Ou de l’importance de l’entrée


 
Loin de moi l’idée de me dédouaner du titre racoleur de l’article, en vous disant que seuls certains esprits étroits y aurons vu une allusion à caractère culinaire. Car avec ce titre, il est d’autant plus facile d’évoquer l’importance de l’entrée et de la mise en bouche.
Dans bien des domaines que soit le sport, l’écriture ou la réflexion la préparation et le conditionnement sont essentiels. Imaginez un peu votre satiété affrontant votre estomac aidé par votre puissant coup de fourchette. Cela ressemble un peu à la fable du lièvre et de la tortue, appelons ici la tortue: satiété .

Rappelons, encore une fois, l’importance de la satiété. C’est elle qui vous envoie le signal « stop »: il n’est plus nécessaire de manger, je n’ai plus faim. Votre estomac vous envoie lui souvent un autre message « stop »: je suis plein à craquer, n’en rajoute plus… .
Évidement, si vous ressentez le deuxième signal, c’est que la tortue a perdu à plat de couture, et après tout c’était évident.

Et pourtant rien n’est jamais si évident, pour ré-égaliser la course, l’entrée est un allié de poids. Une entrée de crudités par exemple vous permettra de commencer lentement votre repas (plus de mastication) et stimulera l’envoi du message de la satiété beaucoup plus tôt. De plus, elle retiendra plus de place dans votre estomac. Si vous allez jusqu’à vous remplir l’estomac avec le plat principal le bilan global sera meilleur car  une partie de celui-ci  sera remplie d’aliments faiblement calorique (on suppose ici que votre estomac à une capacité de dilatation limité…). On peut dire en quelque sorte que l’on pose quelques haies sur le parcourt du lièvre pour donner des chances à la tortue de délivrer son message. Si vous êtes assez à l’écoute de votre corps, vous serez alors capable de ressortir que vous n’avez plus faim, la satiété aura alors atteint son but.

Pour ressentir la satiété, il est indispensable de manger lentement et de rester à l’écoute de son estomac et surtout avant de resservir d’un plat potentiellement riche en calories ….Patientez quelques minutes. 
 
Le deuxième avantage de l’entrée, et non des moindres, est de diversifier l’alimentation simplement avec des aliments pas forcément faciles à accommoder comme légumes centraux d’un repas tels que les carottes ou les betteraves. L’entrée vous permettra d’atteindre facilement les 5-7 fruits par jours et ce sans produits congelés.
 
 
PS: Je m’excuse des jeux de mots pourris certains pourront dire, il est informaticien il peut pas faire mieux, ok c’est sans doute vrai, j’essaie de m’améliorer pour rendre ce blog agréable à lire.

 

Satiété, Faim, Envie, Gourmandise sont sur un même bateau 2/2 février 9, 2010

Suite de l’article précédent on complète et on conclut, toujours aucune pub pour TopoGraille et www.monmenu.fr( ca y est c’est fait…), mais allez y jetez un œil ca me fera plaisir 🙂 , je suis ouvert à toutes remarques et suggestions.

Satiété :

La satiété est une sensation plus difficile à cerner qu’il n’y paraît. Cette petite montée d’hormones est relâchée par votre estomac pour stopper votre coup de fourchette,  mais elle est bien souvent ignorée ou méconnue. Cette sensation précède très largement la sensation d’avoir trop mangé. La satiété ce n’est pas avoir le ventre prés à craquer, c’est ne plus avoir le besoin de manger. Je dis bien le besoin et pas l’envie. On a tous parfois envie de finir une assiette même si on a plus faim( surtout au restaurant…). Alors comment détecter la satiété me direz vous ? Simplement en écoutant son corps et en mangeant lentement. La solution est simple et compliquée à la fois. On est souvent conditionné pour manger vite. Pour saisir votre satiété discutez pendant votre repas, mâchez lentement, buvez de l’eau, en deux mots –faites durer–.

Maîtriser sa satiété c’est se garantir un avenir sans régime, arrêter de manger lorsque l’on a plus faim voilà la vrai solution pour arrêter de grossir inutilement.

La gourmandise:

Je mettrai la gourmandise au sommet de la chaine des mauvaises habitudes. La gourmandise c’est la cerise sur le gâteau, je distingue l’envie de la gourmandise car celle-ci est plus simple à maîtriser. Prenons un exemple : vous dînez italien ce soir, après avoir héroïquement ingurgité un plat de pâtes apte à remplir deux estomacs vous décidez de regarder la carte des desserts. Pourtant votre estomac à déjà utilisé tout son arsenal de dissuasion, hormone de satiété, hyper dilatation , desserrage de ceinture. Mais rien n’y fait votre cerveau a décidé de  prendre son shoot de sucre et choisit le tiramisu. Sur l’autel de votre ligne sacrifiée, le tiramisu viendra enfler vos courbes déjà mises à mal, par la double ration de pâtes avalée. Comble de l’ironie vous serez évidement bien en mal par la suite d’aller décrocher cet excès et vous culpabiliserez de votre gourmandise.

Pour conclure

Car toutes les bonnes choses ont une fin(faim) et il vaut toujours mieux s’arrêter avant de déborder(du pantalon).

De mon point de vue, le plus facile à combattre reste la gourmandise on sait tous quand l’on fait ce genre d’excès. Le plus sournois est sans doute l’envie. Il faut les assouvir au bon moment et ne pas les réfréner systématiquement sinon attention au retour de bâton quand la volonté flanchera. Le plus ténue et difficile à saisir reste la satiété, mais le bonheur se mérite, ne dit-on pas qu’il ne tien qu’à un fil.

J’espère que cette petite explication vous sera utile pour vous mettre au point avec votre estomac et vous aidera à trouver la satiété.

 

Satiété, Faim, Envie, Gourmandise sont sur un même bateau 1/2 février 8, 2010

Je vous ai parlé dans un précédent fil de « maigrir sans régime ». Pour bien comprendre la méthode il me paraît important d’illustrer et de détailler les sensations de faim, envie et satiété qui régissent nos habitudes alimentaires. Prenez cet article comme la réflexion d’un gars(pas diététicien pour un sous) ayant eu quelques problèmes de poids et n’ayant strictement plus aucune envie de refaire un régime.

Faim et envie

J’ai personnellement remarqué il y a quelques années que je confondais parfois faim et envie, bêtement surement ou naïf que je suis à l’écoute généreuse de ma personne. Comme n’importe quel professeur de philo vous le dira, il est plus facile de parler d’un concept quand on peut coller un nom dessus. Et donc de fait de s’en prémunir. C’est un peu ce qui se passe avec l’envie tant qu’on l’a pas identifiée une fois, on la confond souvent avec la faim.

Je pendrai pour preuve mon petit bout, nourri au sein le petit diable maitrise fort bien la notion, bien mieux que nous au point de nous énerver quand il ne veut plus manger.

L’allaitement est bien connu pour produire moins d’enfants obèses cela pour une bonne raison: les petits allaités mangent quand ils veulent la quantité qu’ils désirent. Ils sont donc habitués très jeunes à écouter  leurs sens et surtout  leur faim.

Et quand ils n’ont plus faim ils n’ont plus faim, les deux cuillères restantes du pot de yaourt adoré n’y feront rien. Le petit  ne confond pas l’envie et la faim.

On pourrait sans doute mettre cette confusion des sens sur la non écoute de nos corps, la précipitation ou nos coutumes alimentaires (heure fixe de repas).

Pour simplifier les choses la faim vient de votre ventre grondant alors que l’envie vous vient plus de la bouche de la tête et ne découle d’aucun besoin alimentaire techniquement votre estomac ne gronde pas.

Céder à toute ses envies à n’importe quelle heure n’est sans doute pas une bonne solution surtout si l’on maitrise mal sa satiété. Mais toutes  les ignorer serait encore pire, n’assouvir aucune de ses envies a un effet frustrant très puissant et vous conduira au pire excès à des heures indues ou le plus souvent en dehors de vos nombreux régimes.

Connaître vos envie, les assouvir au bon moment, par exemple votre carré de chocolat en fin de repas plutôt que d’y céder au plus mauvais moment voilà surement la meilleur moyen de maitriser votre alimentation.

 

Maigrir sans régime: mythe ou réalité ? février 3, 2010

Filed under: Maigrir - mincir - régimes — monmenu @ 10:14
Tags: ,

Une fois n’est pas coutume je commencerai par remercier la télévision. Eh oui, des fois on voit des choses intéressantes dans la boîte à images.  Je  remercie ainsi une chaine se terminant par un six (rassurez vous je suis soigné depuis…).

Il y a donc plusieurs années( un jours d’égarement  pendant lequel mon cerveau se prélasser et assimiler la doctrine télévisuelle ) était diffusée une émission de type télé-réalité sur les régimes. Un intervenant,  le docteur Jean-Philippe Zermati  y détaillé sa farouche opposition aux régimes tels qu’habituellement pratiqués.

La théorie défendue par ce docteur étant qu’il est possible de perdre du poids en se faisant plaisir. Il faut pour cela être à l’écoute de son corps  et en particulier de sa satiété.
Je tiens à dire que je n’ai plus revu ce docteur à la télé,  il me paressait pourtant  avoir une théorie intéressante et parfaitement défendable.

Vous trouverez  un article résumant rapidement la méthode pour maigrir sans régime.  A la relecture il me semble évident que TopoGraille a un rôle à jouer dans la première étape de cette méthode. Il est sans doute  vrai que cette méthode m’ait poussé inconsciemment à concevoir TopoGraille . Ce dernier  pouvant très clairement être utilisé comme cahier pour mémoriser ses repas et les analyser  lors de la première phase.
Je vous conseil vivement de lire la méthode Dr Jean-Philippe Zermati et de la mettre en oeuvre sans précipitation. Il faut  noter qu’elle n’est pas une technique amincissement rapide et n’apporte aucune garantie.

A la question est-il possible de maigrir sans régime je réponds: OUI et cela sans se couper un membre, s’il vous plait.
A titre personnel, j’applique une dévirée de cette  méthode, on ne peut plus simple et naturelle. Et en tout cas elle marche pour moi. Pour ma défense, je ne suis pas de type ectomorphe et j’ai plutôt tendance à stocker ce que je mange.
En accord avec la méthode, je n’ai pas de contrainte d’aliment, pas de frustration,  je ne me gave pas,  je ne me prive pas,  j’écoute juste ce que me dit mon ventre:  plus faim bah pas de dessert …, le sandwich est trop gros bah je finis pas…  Simple non ? En fait pas tant que ca, sinon personne n’irait faire de régime.

Manger à sa faim et sans plus, est un art délicat que seuls maitrisent quelques personnes. Vous savez celles que vous voyez tout le temps manger et qui ne grossissent pas. Observez-les attentivement, ces personnes mangent souvent à leur faim mais pas plus. Plusieurs fois dans la journée si nécessaire mais jamais en très grande quantité.

Bien manger le début du bonheur ?  Oui surement, il suffit de manger la juste quantité, sans se gaver et sans se priver. Mais surtout manger des aliments de qualité, c’est ce que défend www.monMenu.fr en faisant la promotion des producteurs locaux. Il vaut mieux déguster 250gr de gariguettes gouteuses que 500gr de fraises espagnoles  sans goût que l’on est obligé d’accompagner de 100gr de sucre…. Quel bonheur de sortir d’un repas sans être ballonné, avec la conscience tranquille, essayer cette manière de manger c’est l’adopter.

Une fois cette bonne habitude assimilée, maigrir devient plus un effet de bord qu’un but en soit. Cela ne rend pas la méthode évidente pour autant, on se laisse vite submerger par ses bas instincts. Manger tout ce qui nous plait en grande quantité puis faire un régime est sans doute plus simple mais si mauvais pour la santé.

Je détaillerai dans un futur billet ce que j’ai compris des notions de faim, satiété, envie qui régissent notre alimentation. Il est impératif de bien maitriser ces concepts et sensations pour arriver à maigrir sans régime. L’utilisation de TopoGraille repose en partie sur cette philosophie manger régulièrement ce qu’il vous plait de manière mesurée, voilà la raison de l’agenda de TopoGraille.

PS: Je remercie surtout le Dr Jean-Philippe Zermati, car depuis cette émission je n’ai plus ni l’envie, ni le besoin de faire de régime et surtout  je mange ce que je veux 🙂